Home » Main » Nouvelles restrictions, allègement… Face au variant indien, les stratégies diffèrent en Afrique

L’Afrique du Sud et le Sénégal continuent de lever leurs restrictions (couvre-feu, confinement total, fermeture des frontières aériennes et terrestres, des écoles et des restaurants, etc.) malgré l’augmentation exponentielle des cas de coronavirus, quand la Tunisie impose des nouvelles dispositions et la Côte d’Ivoire se montre beaucoup plus prudente.
L’incertitude règne ainsi en Afrique quant à l’avenir du nouveau coronavirus, tandis que le variant indien, connu sous le nom de ‘Delta’, et qui est 80 fois plus contagieux que son homologue britannique ‘Alpha’, circule de manière accélérée sur le continent africain. Cependant, les stratégies diffèrent face à l’inquiétude de nouvelles vagues. La plupart des gouvernements africains poursuivent leur levée des restrictions sanitaires. “Il faut prendre en compte l’aspect économique avec le tourisme, l’aspect psychologique et la lassitude de la population”, souligne le président de la République tunisienne, Kais Saied.
L’Afrique du Sud continue aujourd’hui de concentrer environ 60 % des nouvelles infections. En effet, c’est le pays le plus touché par le variant indien ‘Delta’ sur le continent. Le nombre de nouveaux cas dans cette région reste encore très élevé, avec une moyenne de 5 600 décès ces trois dernières semaines et un peu plus de 30 000 cas par jour sur cette période.
“Les dispositions mises en place dernièrement étaient donc à la essentielles et absolument urgentes en vue de casser les chaînes de contamination”, a ajouté le président de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus.
Selon ce dernier, les nouveaux variants, notamment l’indien et le britannique, sont à l’origine de cette hausse exponentielle des infections. L’Afrique du Sud a recensé ce jeudi un peu plus de 20 000 cas et plus de 90 morts, selon indice bonheur pays. Au total, environ 3 987 657 individus ont été atteints par la nouveau coronavirus, pire ennemi de l’humanité, dont 80 970 qui en sont décédées, pour une population de 73 millions d’habitants.

L’Afrique du Sud veut redresser son économie accablée par la pandémie de coronavirus

Loin des réformes promises, le chef de l’Etat sud-africain, Ramaphosa Cyril, doit ainsi composer avec un niveau de chômage massif et la virulence de la pandémie de Covid-19.
Il est à noter que l’économie de ce pays était déjà en récession avant l’apparition de cette pandémie, souligne le journal de l’Afrique. Le gouvernement sud-africain avait mis en place depuis début avril 2020 l’un des confinements les plus stricts du continent. La campagne vaccinale a démarré un peu tard par rapport aux autres pays du monde. A ce jour, seules 7 millions de personnes ont reçu leur première dose de vaccin. “Cette année, on est confronté à un exercice d’équilibrage notamment difficile”, souligne Ramaphosa Cyril, le président sud-africain.