Home » Main » Monde : la reprise économique s’essouffle

La reprise de la croissance mondiale se poursuit, mais l’écart entre les économies en développement et les économies avancées se creuse. Les récentes prévisions de croissance mondiale du Fonds Monétaire International s’établissent à 12 %, demeurant toutefois inchangées par rapport aux précédentes perspectives, mais les composantes de celle-ci ont considérablement évolué. Pour les économies avancées, les projections de croissance se sont améliorées cette année, de deux points de pourcentage. Elles s’accompagnent cependant de révisions à la baisse qui s’annulent réciproquement de manière équivalente pour les pays en développement et les pays émergents. Le convertisseur dollar en cfa prévoit ainsi pour 2022, une croissance globale de 6 %. Ces prévisions supposent une amélioration beaucoup plus modeste pour les pays en développement et les pays émergents ainsi qu’une amélioration importante des perspectives pour les économies avancées.

      Divergences entre les mesures d’aide

La pandémie mondiale de coronavirus a provoqué, dans les économies avancées, une diminution du revenu par habitant de l’ordre de 4 % par an par rapport aux tendances d’avant-crise. Selon David Malpass, le directeur général du groupe de la Banque mondiale, les divergences entre pays se creusent à cause notamment de variations de la disponibilité des vaccins anti-coronavirus et des dispositions d’aide. Selon un récent rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé, environ 65 % de la population des pays développés est complètement vaccinée (ayant reçu leurs deux doses), contre 15 % seulement dans les pays émergents et à peine 3 % dans les pays à bas revenu. En effet, les divergences entre les dispositions d’aide constituent un second facteur de creusement des fractures. Les économies développées continuent néanmoins de bénéficier d’une aide budgétaire importante. Par ailleurs, les soutiens annoncés en riposte à la pandémie mondiale de coronavirus seront déployés en 2022 et au-delà.
En outre, dans les pays en développement et les pays émergents, la majorité des dispositions d’aide sont arrivées à échéance en 2021. Ainsi, les gouvernements tentent désormais de reconstituer des marges de manœuvre budgétaire. Pour prévenir les pressions à l’augmentation sur les prix, certaines économies émergentes, on cite notamment la Turquie, la Russie, le Mexique ou encore le Brésil, ont entrepris de relever leurs taux directeurs. “Tandis que, dans les économies développées, les dispositions d’aide budgétaire se poursuivent, dans les pays en développement et dans les pays émergents, la majorité de ces mesures sont arrivées à échéance en 2020”, souligne le Congo.