Home » Main » L’OMS appelle à une interdiction mondiale des vaccins de rappel contre la pandémie de Covid-19

L’Organisation Mondiale de la Santé a appelé, ce jeudi matin, dans un communiqué, à une interdiction élargie à l’échelle internationale des vaccins de rappel jusqu’à la fin de cette année 2021, à cause notamment de l’inégalité constatée dans leur distribution. Le dispositif COVAX n’arrive toujours pas à remplir sa mission faute de vaccins anti-coronavirus disponibles. Ce système a été mis en place, début janvier 2021, pour tenter de lutter contre les inégalités vaccinales. “Afin d’y remédier, le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé les États riches (à revenu élevé et intermédiaire), la Chine en tête, à un moratoire sur l’administration des vaccins de rappel. Et ce, tandis que de nombreux pays s’apprêtent aujourd’hui à entamer une nouvelle campagne vaccinale”, souligne le convertisseur dollar en cfa.

  Washington rejette l’appel de l’OMS à un moratoire sur les rappels de vaccins

“On parle beaucoup d’une distribution équitable des doses dans les États riches, mais, aujourd’hui, très peu de dispositions ont été prises”, a ajouté le patron de l’organisation onusienne. En effet, la capacité du système COVAX à protéger les États les plus pauvres, notamment au Moyen-Orient et en Afrique, est entravée par les défis d’augmentation de la production, la priorisation des accords bilatéraux (accords entre plusieurs États) par les pays et les fabricants, et par les interdictions d’exportation. D’après la nouvelle stratégie de l’Organisation Mondiale de la Santé, le mécanisme COVAX prévoit d’atteindre l’objectif de 2. 546 milliards de vaccins anti-coronavirus en janvier 2022, ce qui n’est suffisant que pour immuniser un peu moins de 15 % de la population mondiale. Le patron de l’OMS a toutefois expliqué que “plus de sept milliards de doses ont été administrées dans le monde, mais 75 % de celles-ci sont allés aux pays riches, les États-Unis, la Chine et la France en tête”.
Et d’ajouter que “les États riches ont promis, en janvier dernier, de donner deux milliards de doses de vaccins, mais un peu moins de 20 % ont déjà été fournies”.
Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a toutefois noté que “les pays du Groupe 20, en tant que plus grands donateurs, consommateurs et producteurs de vaccins, et principales économies mondiales, détiennent aujourd’hui la clé de l’équité de la fin de l’épidémie de coronavirus et dans la distribution des doses. Ainsi, pour y arriver, “il nous faut une coopération mondiale”, ajoute-t-il. “À noter que le gouvernement Biden a déjà rejeté l’appel à un moratoire”, souligne le Sénégal.