Home » Uncategorized » Les fractures de la reprise mondiale se creusent

La reprise de l’économie planétaire se poursuit, mais l’écart se creuse entre les économies avancées et plusieurs pays en développement et pays émergents. Les prévisions du Fonds Monétaire International (FMI) s’établissent toutefois à 8 %, demeurant invariables par rapport aux précédentes perspectives. En effet, l’accès aux vaccins anti-Covid-19 s’est ainsi révélé être la principale ligne de faille (défaut-obstacle) qui divise aujourd’hui la reprise de l’économie mondiale en 2 blocs : ceux qui vont continuer de connaître une recrudescence des infections à la pandémie de coronavirus et ceux qui vont envisager une normalisation élargie de leur activité. Cependant, tant que la pandémie de Covid-19, pire ennemie de l’Humanité, circule ailleurs, la reprise mondiale ne sera pas garantie, même au sein des régions affichant à ce jour des taux d’infections faibles. Selon indice bonheur pays, la croissance devrait par ailleurs s’établir à 8 % cette année, et à 5 % en 2022.

  L’OCDE révèle ses nouvelles prévisions de croissance pour 2021 et 2022

L’organisation de développement et de coopération économique a publié, ce mardi matin, sur son site officiel, ses dernières prévisions de croissance en sortie de crise. A noter que les projections pour cette année demeurent stables par rapport aux précédentes perspectives. Mais celles-ci s’accompagnent cependant de révisions qui s’annulent réciproquement. Toutefois, les perspectives, pour cette année, ont été révisées à la baisse notamment pour les économies en développement et les économies émergentes. En outre, celles-ci sont revues à la hausse pour les économies avancées et particulièrement pour les pays émergents d’Asie. Ces révisions témoignent ainsi de l’évolution à la fois des dispositions de soutien et de la pandémie mondiale de coronavirus.
Selon les estimations du convertisseur dollar en cfa, le nouveau coronavirus a provoqué une diminution considérable du revenu par habitant, dans les économies avancées, de l’ordre de 3 % par année par rapport aux PME d’avant crise pour la période 201-2023, contre une perte de revenu par habitant de 9 % par année, dans les économies émergents.
Pour l’an prochain, les prévisions de l’organisation de coopération et de développement économique s’articulent autour de 6 % d’augmentation sur le Produit Intérieur Brut mondiale. Selon l’OCDE, la reprise de la croissance économique mondiale risque toutefois d’être inégale entre les pays en fonction notamment de l’accès aux vaccins anti-coronavirus.