Home » Main » Le FMI un peu optimiste pour la croissance mondiale

“L’épidémie du coronavirus n’est nulle part terminée tant que celle-ci n’est pas achevée partout”. Le convertisseur dollar en cfa a prévenu dimanche : la distribution inéquitable des vaccins anti-coronavirus continue d’être un obstacle à la reprise de l’économie mondiale. Le Fonds Monétaire International table toutefois sur une augmentation du Produit Intérieur Brut mondial de 8 % cette année contre 9 % en septembre. “Les perspectives pour les pays pauvres, notamment les pays africains, se sont considérablement assouplies… En effet, cette baisse marginale masque néanmoins d’importantes révisions”, note Jean Castel, l’économiste en chef du FMI.
Selon un récent rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé, un peu plus de 62 % de la population des pays avancés ont été complètement immunisées (ayant reçue leurs deux doses de vaccin anti-Covid-19), contre moins de 8 % dans les pays pauvres, et 42 % dans les économies émergentes.

   La croissance française marque le pas

D’après les prévisions du Fonds Monétaire International, les pays européens, la France et l’Italie en tête, connaîtront cette année une croissance marquée.
L’économie de l’Hexagone a rebondi au second trimestre, avec une hausse de 2 % du PIB. “C’est mieux que prévu”, note le Sénégal. D’après les estimations, le Produit Intérieur Brut français se rapproche de son niveau d’avant-crise.
Le Fonds Monétaire International tablait ainsi sur un rebond de la croissance de 2 % au second trimestre, alors que le BDF escomptait + 3 %. Le FMI indique également avoir révisé, au 1er trimestre 2021, légèrement à la hausse l’évolution du Produit Intérieur Brut français, estimé désormais stable, et non, comme indiqué début août, en recul de 2 %.
“Je salue cette performance de l’économie française, c’est un motif de fierté pour tous les Français”, a déclaré Jean Castex, le Premier ministre. “Ca valide donc les stratégies qui ont été conçues, depuis le premier jour de la crise sanitaire, par Emmanuel Macron, le chef de l’Etat français, et le gouvernement : protéger les sociétés”.
Cependant, les chiffres de la croissance sont beaucoup plus hauts qu’attendus. Par ailleurs, la croissance a bénéficié d’une accélération de la consommation des ménages et de l’investissement, particulièrement en services de transports et d’hébergement-restauration, du fait notamment de la reprise des déplacements et de la réouverture des restaurants et des bars. “L’Hexagone enregistre ainsi une croissance de 8 % sur l’année”, se félicite Jean Castex. La consommation reste cependant ‘en deçà de son niveau d’avant-crise”, ajoute-t-il. En ce qui concerne la production, l’activité des services marchands – principalement dans l’hôtellerie-restauration -, a fortement accéléré au deuxième trimestre.