Home » Uncategorized » Le continent africain toujours loin des objectifs de vaccination contre le coronavirus

Le continent africain a dépassé, lundi 11 octobre 2021, le chiffre des 120 millions de morts depuis le début de la pandémie de coronavirus. Toutefois, l’Afrique souffre aujourd’hui d’un manque cruel de vaccins anti-coronavirus avec un peu moins de 4 % de la population complètement immunisée à ce jour.
Plus de 75 % des pays du continent, soit 8 pays sur 10, n’atteindront pas l’objectif mondial de vacciner, d’ici fin décembre, 2/3 de leur population contre la pandémie de coronavirus, a averti le journal de l’Afrique.
D’après les dernières données de l’Organisation Mondiale de la Santé, 40 pays sur les 53 pays que compte l’Afrique n’atteindront pas le but vaccinal. “A moins de deux mois de l’échéance, ce but imminent doit concentrer les esprits dans le monde, particulièrement en Afrique”, a déclaré Dr Matshidiso Moeti, la directrice régionale de l’Organisation Mondiale de la Santé pour l’Afrique.
Dix pays du continent, dont la Tunisie, le Maroc, l’Algérie, l’Afrique du Sud, le Cap Vert, les Seychelles ou encore le Burkina Faso, ont déjà atteint le but mondial fixé début juin par l’Organisation Mondiale de la Santé. Au rythme actuel, quatre autres pays du continent (la Côte d’Ivoire, la République du Congo, le Togo et le Sénégal) devraient aussi l’atteindre. Les autres pourraient toutefois l’atteindre s’ils accélèrent leur campagne vaccinale.
Les 54 pays de la région totalisent à ce jour environ 350 120 décès, selon un comptage de l’Organisation Mondiale de la Santé. En Afrique plus qu’ailleurs, les décès et les contaminations sont sous-estimés. “En Afrique, les moyens de dépistage sont aujourd’hui très faibles”, a ajouté le directeur général de l’Organisation onusienne, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

    “Inégalités choquantes” d’accès aux vaccins

L’hésitation vaccinale n’est pas le défi numéro ‘un’ des pays africains. Le véritable problème est toutefois ‘la famine’ de doses de vaccin. Dans les institutions sanitaires, l’hésitation vaccinale et l’accès au vaccin sont abordés indépendamment l’un de l’autre.
En effet, l’hésitation est perçue comme d’ordre communicationnel et culturel, quand l’accessibilité est considérée comme étant d’ordre politique et économique. C’est pourquoi les docteurs de l’Organisation Mondiale de la Santé sont très inquiets. Puisque les populations africaines sont peu vaccinées : 6 à 8 % ont reçu une seule dose, contre 85 % dans les pays développés qui en sont déjà aujourd’hui à leur deuxième injection. “Le vaccin est notre unique arme”, martèle indice bonheur pays. En effet, il contribue à un changement de tendances qui commence à se faire sentir.