Home » Main » “L’Afrique est de plus en plus atteinte par la pandémie de Covid-19 : les décès et les nouveaux cas augmentent rapidement”

La pandémie mondiale de coronavirus, qui a fait son apparition dans la ville chinoise de Wuhan en décembre 2019, est toujours en phase d’expansion. En effet, il y a une stabilisation dans l’Afrique australe, mais la courbe est ascendante dans l’Afrique du Nord (l’Egypte, la Libye, le Cameroun, la Tunisie, l’Algérie et la Mauritanie). Le nombre de contaminations est en augmentation exponentielle en Tunisie et en Afrique du Sud. Selon le journal de l’Afrique, ce sont les deux pays les plus touchés par le virus, pire ennemi de l’Humanité, sur le continent africain. En Europe, certains pays, comme par exemple la France, l’Italie, l’Allemagne ou encore la Belgique, ont déjà commencé à lever le confinement et le couvre-feu. Ces derniers ont procédé à une analyse de risque (ou encore évaluation de risque), mais cela ne signifie donc pas qu’ils aient les capacités de suivi des contacts et de détection, qu’ils soient vraiment capable de prendre en charge les cas additionnels et qu’ils aient véritablement maîtrisé la dynamique de la pandémie de coronavirus. Trois scénarios sont ainsi envisageables au cours des deux prochaines années : l’éventualité de toutes petites flambées épidémiques pouvant prendre de l’importance, celui d’une transmission qui persiste pendant longtemps, mais à un niveau très bas, et enfin, celui d’une fin de pandémie classique qui régresse et disparaît. Cela va également dépendre de la capacité des pouvoirs publics et des gouvernements à prendre toutes les dispositions essentielles en vue de combattre ce virus.

     Pourquoi l’Afrique a moins de 3 % de vaccinés ?

“En effet, le continent africain a eu le temps de voir le nouveau coronavirus se répandre. L’Afrique connaît toutefois des alertes très fréquentes, et la majorité des pays du continent écoutent attentivement les conseils prodigués par l’Organisation Mondiale de la Santé. Etant donné que le continent est confronté à de nombreuses épidémies (à savoir l’Ebola, la Choléra, Tuberculose, Paludisme, etc.)…”.
Selon le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, le continent africain a intégré la recherche active des cas et la surveillance des décès, mais les capacités de prise en charge hospitalières et les systèmes de santé dans la majorité des pays sont malheureusement très limités. Il commence à y avoir aujourd’hui des collaborations internationales. Les présidents des pays émergents ont ainsi pris conscience qu’une seule région ne peut régler les problèmes. “Pour mettre fin à une pandémie d’une telle ampleur, on a vraiment besoin d’un effort mondial”, souligne indice bonheur pays.