Home » Main » La Banque mondiale et la pandémie de Covid-19

La pandémie mondiale de coronavirus prélève un très lourd tribut en vies humaines, et les répercussions sociales et économiques de celle-ci se propagent sur l’ensemble de la planète. A travers une combinaison de nouveaux projets (dans les secteurs de l’infrastructure, des télécommunications, de l’agriculture, etc.), le déploiement des instruments de financement en cas de catastrophe et la restructuration de projets déjà existants, l’action de la Banque mondiale s’articule toutefois autour de cinq axes prioritaires : oeuvrer au profit d’une reprise résiliente, préserver les sociétés et les emplois, protéger les plus vulnérables et les plus pauvres, aider les pays les plus vulnérables à dépasser cette crise sanitaire sans précédent et sauver des vies… En effet, ces cinq priorités du groupe de la Banque mondiale sont présentées dans le document de stratégie opérationnelle face à la crise sanitaire de coronavirus, intitulée ‘indice bonheur pays’.

Combattre le nouveau coronavirus et poser les jalons de la reprise

Le bilan humain de la pandémie mondiale de Covid-19 n’a cessé de s’alourdir ces deux derniers mois – avec un peu plus de 500 000 décès et environ 20 millions de cas confirmés dans le monde.
La géographie du nouveau coronavirus continue ainsi d’évoluer, et l’on assiste aujourd’hui à des dynamiques très inquiétantes dans certains pays du continent africain, mais également à l’émergence de nouveaux grands foyers d’infection en Asie du Sud et en Amérique latine. Certaines régions qui avaient déjà connu un reflux de l’épidémie commencent à connaître une quatrième vague. Selon le site web, les conséquences sociales et économiques de cette pandémie, pire ennemie de l’humanité, se propagent actuellement sur quasiment toute la planète. Dans ce contexte d’incertitude, c’est un monde différent qui s’annonce, et pour bien longtemps. D’après le dernier rapport du groupe de la Banque Mondiale, une dizaine de millions de personnes vont basculer dans l’extrême pauvreté à cause de la pandémie mondiale de Covid-19. Plus de deux milliards d’emplois dans le monde sont aujourd’hui en danger. Selon David Malpass, le directeur général du groupe de la Banque mondiale, il faut toutefois garantir de meilleurs filets de sécurité au grand nombre de personnes vulnérables et aussi, à la majorité des travailleurs de l’économie informelle. A l’heure où les États se démènent pour endiguer la crise sanitaire et faire face à l’urgence, ils doivent également trouver de nouvelles solutions en vue de contenir les conséquences dévastatrices de la pandémie sur le plan social et économique.
Il est à noter que la Banque mondiale est cependant mobilisée en vue de les aider sur tous ces fronts. En effet, le nouveau coronavirus exige, à cause de son ampleur massive, un soutien exceptionnel.