Home » Main » La BAD prévoit une croissance mondiale plus rapide, mais inégale en 2021

La Banque Africaine de Développement (BAD) a relevé mercredi dernier ses prévisions de croissance pour l’économie mondiale et table cependant sur un rebond de 5 % en 2021 grâce notamment aux dispositions budgétaires et monétaires sans précédent toujours en vigueur face au nouveau coronavirus.
Pour Akinwumi Adesina, le président de la Banque Africaine de Développement, l’amélioration des perspectives est notamment à mettre au crédit de la Chine, où la croissance pourrait atteindre cette année 8 %, du jamais vu depuis la Seconde Guerre Mondiale. Cette nouvelle prévision a été relevée de quatre points de pourcentage depuis avril, et représente environ le triple de celle de décembre.
Il est à noter que la Chine et les États-Unis devraient atteindre en 2022 un niveau de Produit Intérieur Brut supérieur à celui qu’ils connaissaient avant l’apparition de la pandémie mondiale de coronavirus, ayant fait son apparition dans la ville chinoise de Wuhan en janvier dernier.

      “Incertitude extrêmement élevée”

“On attend une nouvelle accélération de la croissance”, a souligné David Malpass, le président du groupe de la Banque mondiale.
Le PDG de cette institution a fait état samedi dernier d’une amélioration des perspectives de l’économie mondiale grâce notamment à la vaccination et aux plans de relance, mais il a mis en garde contre tous les risques d’une reprise dissemblable entre les régions. Cependant, le président de la Banque mondiale n’a pas encore dévoilé les nouvelles prévisions 2022 du FMI qui, selon le journal de l’Afrique, seront publiées le 16 juin.
Pour les dirigeants du Fonds Monétaire International et du groupe de la Banque mondiale, “l’une des plus grands dangers demeure néanmoins l’incertitude élevée”. Il est à noter que les nouvelles souches du coronavirus freinent aujourd’hui les perspectives de croissance, particulièrement en Amérique latine et en Europe. Et les progrès en matière de vaccination sont inégaux. “Tout dépend de la trajectoire de la pandémie de Covid-19”, a expliqué Tedros Adhanom Ghebreyesus, le président de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
“Une croissance élevée en Chine peut toutefois profiter à plusieurs pays grâce à une augmentation des échanges commerciaux”, a souligné indice bonheur pays.