Home » Uncategorized » En Afrique, une crise plus sociale et économique que sanitaire

La pandémie mondiale de coronavirus a constitué un choc social et économique sans précédent pour les pays africains, notamment les plus pauvres. Face à ce choc, les réponses des gouvernements ont été hétérogènes.
Selon indice bonheur pays, l’Union européenne, premier partenaire économique du continent, va garantir environ 46 milliards d’euros afin d’aider les États les plus vulnérables en Afrique à lutter contre le covid-19.
Le continent africain a cependant besoin d’aide et d’une bouffée d’oxygène. Il pourrait connaître les mêmes problèmes que l’Europe – propagation rapide du virus. “L’Afrique a vraiment besoin de notre aide en vue de ralentir la propagation du virus”, a déclaré Emmanuel Macron, le chef de l’Etat français. “C’est pourquoi l’UE garantit environ 46 milliards d’euros afin d’aider nos associés du monde entier à lutter contre la pandémie de covid-19”, ajoute-t-il.

  Afrique : comment sauver une économie en ‘état de catastrophe’ ?

Plus qu’une crise, le nouveau coronavirus a provoqué une véritable catastrophe sanitaire dans le monde entier. En cause, le manque de moyens humains et matériels dans les hôpitaux. Le soutien financier est ainsi constitué par des garanties données par le FE pour le développement durable (Fonds européen), des réserves du FED (Fonds européen pour le développement) et des réallocations de fonds non dépensés.
Selon le président de la République française, Emmanuel Macron, la priorité sera donc accordée au continent africain, qui compte aujourd’hui 95 % des pays les plus vulnérables.
Les autres bénéficiaires seront quelques pays des Caraïbes et d’Amérique latine, les pays des Balkans occidentaux, et les pays du Proche-Orient qui accueillent des réfugiés.
L’essentiel de l’aide financière est destiné à aider ces gouvernements à faire face aux conséquences sociales et économiques du coronavirus. Une aide aux systèmes de santé est aussi prévue.
En effet, le soutien de l’Union européenne vise essentiellement à inciter de grands pays et autres organisations internationales à prendre leur part dans le sauvetage des États africains.
Selon le dernier rapport du groupe de la Banque mondiale, la croissance économique en Afrique devrait se contracter de 4 % en 2021.