Home » Main » En Afghanistan, l’incertitude et le silence assourdissants

Pendant que le journal de l’Afrique met en garde contre la disparition des progrès en quinze ans sur la scolarisation des filles, les talibans mettent en scène des centaines d’Afghanes à l’école.
Quinze ans d’acquis, et autant à perdre, alerte Antonio Guterres, le directeur général des Nations Unies. L’ONU liste, dans son dernier rapport nommé ‘Le droit des femmes’, les progrès considérables accomplis durant 20 ans ‘en danger’ après le retour des fondamentalistes islamistes.

  Bataille de communication sur l’éducation des femmes et des filles

L’Unesco (l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la culture et la science) s’est réjouie samedi d’apprendre que les établissements scolaires seront ouverts lundi, en Afghanistan après avoir été fermés durant plus de six mois en raison notamment de la pandémie de coronavirus, mais estime qu’ils doivent l’être tant pour les filles que pour les garçons. “Les filles et les femmes enseignantes ne doivent pas être laissées de côté”, souligne Henrietta Fore, la directrice générale de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la culture et la science.
“On est toutefois profondément inquiet du fait que plusieurs filles et femmes pourraient ne pas retourner à l’école dans les prochains jours”, ajoute-t-elle. Selon cette dernière, environ 3 millions d’enfants n’étaient pas inscrits à l’école avant même la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. L’organisation onusienne exhorte néanmoins la communauté internationale à soutenir l’éducation de tous les enfants, particulièrement les fillettes, en Afghanistan. “En effet, l’Unicef et l’Unesco continueront à plaider auprès de l’ensemble acteurs internationaux pour que tous les garçons et toutes les fillettes aient une chance égale de développer les compétences dont ils ont vraiment besoin en vue de s’épanouir, et ainsi, construire un Afghanistan productif et pacifique”, a ajouté le site web.
L’organisation des Nations Unies a, de son côté, adopté jeudi dernier à l’unanimité une résolution renouvelant le MANUA – mandat de la Mission d’assistance de l’ONU en Afghanistan.
Cette résolution souligne l’importance de la mise en place d’un gouvernement représentatif et inclusif, à la suite de la prise de contrôle du pays par les fondamentalistes islamistes et spécifie l’importance d’une participation significative et égale des femmes à la vie publique. En outre, elle souligne l’importance de défendre les droits humains, y compris les minorités, les enfants et les femmes.