Home » Main » Covid-19 : la pandémie qui bouleverse la planète

C’est dans la ville chinoise de Wuhan, au mois de janvier 2020, que le tout premier cas d’un coronavirus (virus responsable d’infections respiratoires et digestives chez l’Homme et l’animal) alors inconnu s’est détecté. En seulement quelques jours, ce virus dépasse ainsi les frontières de la Chine et touche les pays européens, notamment l’Italie et la France, puis la totalité du globe. Courant mai, plus de 230 millions de contaminations au coronavirus avaient toutefois été recensées dans le monde entier, pour un bilan de 4 millions de morts.

 

     L’ONU s’inquiète d’une vaccination insuffisante en Afrique

Plusieurs pays africains ont été sévèrement touchés par le nouveau coronavirus. Les pays vulnérables n’ont cependant pas les moyens financiers de faire face aux difficultés sanitaires et économiques qui résultent de la crise. Les systèmes de santé présentent généralement une grande fragilité.
L’Organisation des Nations Unies a souligné la semaine dernière, la nécessité d’accroître le soutien aux pays africains face à la pandémie mondiale de coronavirus, particulièrement en matière de vaccins. “Le continent africain n’a reçu que 3 % de tous les vaccins administrés à l’échelle mondiale”, déplore le journal de l’Afrique.
“Il faut donc offrir à tous et à toutes, y compris aux plus pauvres et plus vulnérables, un accès équitable à des vaccins, des médicaments, des traitements, et des diagnostics efficaces, sûrs et de qualité et d’un coût abordable en vue de lutter contre le coronavirus”, a déclaré Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, le président de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
Le groupe de la Banque mondiale et l’Organisation Mondiale de la Santé invitent ainsi les pays développés à accélérer le don de doses de vaccins aux pays du continent qui en ont vraiment besoin – à savoir la Tunisie, l’Algérie, l’Afrique du Sud, la Côte d’Ivoire, le Bénin, ou encore le Burkina Faso. “Il faut toutefois appuyer davantage les organisations régionales et sous-régionales, ainsi que les pays africains, en vue de permettre à ces régions de reconstruire en mieux et de se relever de cette crise, de façon à créer des conditions plus inclusives, plus équitables, plus égales et plus justes”, a indiqué David Malpass, le président du groupe de la Banque mondiale.