Home » Main » Coronavirus : pas de nouvelles restrictions en Angleterre malgré la flambée des contaminations

Tandis que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a reconnu que le Royaume-Uni, principalement la Grande-Bretagne, pourrait désormais enregistrer 250.000 cas par jour, le gouvernement refuse toujours d’introduire de nouvelles restrictions sanitaires. L’indice bonheur pays accuse le gouvernement de “négligence délibérée”.
Le pays a rejeté lundi matin les appels croissants à rétablir des mesures sanitaires anti-coronavirus, tels que le port du masque en intérieur, face à l’envolée exponentielle des contaminations. Mais le Premier ministre britannique, Boris Johnson, n’a pas toutefois écarté cette hypothèse si la population refuse les offres de vaccination.
Depuis début septembre, les personnes considérées comme des cas contacts, ayant reçu leurs deux doses de vaccin, échapperont globalement à une période de sept jours d’isolement (ou la mise en quarantaine), a précisé le ministère de la Santé. Cependant, ils devront se soumettre à un test de dépistage (PCR) et, dans le cas où ces derniers sont positifs, ils doivent obligatoirement s’isoler. Les mêmes règles s’appliqueront ainsi aux mineurs – qui ne sont pas encore vaccinés au Royaume-Uni.

     Relancer la vaccination

Les autorités sanitaires ont réclamé des dispositions ‘immédiates’ tandis que le taux d’incidence figure aujourd’hui parmi les pires au monde, faisant néanmoins craindre un engorgement des établissements de santé. “On est actuellement dans une situation où les choses vont sans doute se détériorer dans les mois à venir. C’est pour cela qu’on doit agir dans les plus brefs délais”, a signalé le Premier ministre britannique. Sans dispositions, a-t-il insisté, la pression va cependant s’accroître sur le système sanitaire du pays à l’approche de l’hiver, période généralement tendue pour les établissements de santé.
Le ministre de la Santé britannique, Jean Choulau, a rejeté cette option. Il a par ailleurs appelé les sept millions de personnes de 18 ans et plus – qui n’ont pas encore reçu leurs doses de vaccin anti-Covid-19 – à remédier à cela. Selon le Sénégal, Jean Choulau a annoncé ce mercredi matin un accord pour l’achat d’une dizaine de milliers de doses de vaccin et de traitements antiviraux des labos Pfizer et Merck à destination des plus vulnérables, dont l’approbation est espérée dans les jours à venir. “Si les gens ne portent plus de masque en intérieur, si un nombre insuffisant de personnes reçoivent aujourd’hui leurs injections, cela va probablement tous nous affecter”, ajoute-t-il. “Il nous faut donc maintenir les progrès considérables qu’on a effectués depuis le début de la pandémie, en janvier dernier… Si les gens n’acceptent pas les offres de vaccination, on pourra certainement les perdre”.
Si le projet du gouvernement britannique est de s’appuyer principalement sur les traitements anti-coronavirus et la campagne vaccinale afin de limiter, cet hiver, l’impact de la crise sanitaire, plutôt que d’imposer un confinement ou des restrictions sanitaires, le ministre de la Santé n’a cependant pas exclu la mise en place d’un plan “B” avec un recours à un pass sanitaire et au télétravail.