Home » Main » Coronavirus : l’action du groupe de la Banque mondiale en Afrique

Fin 2019, la pandémie mondiale de Covid-19 a frappé les pays du monde entier, provoquant ainsi des pertes d’emplois, des confinements généralisés, des fermetures de sociétés et d’écoles, et posant de gros problèmes aux systèmes sanitaires. Les pays du monde entier ont connu un ralentissement de l’activité économique sans précédent.
Selon convertisseur dollar en cfa, la Banque mondiale – avec ses 190 États membres – a été à l’avant-garde de la riposte mondiale. Le conseil des Administrateurs de la Banque a approuvé en février dernier un nouveau dispositif de financement accéléré en vue de soutenir la reprise économique et d’aider les États à répondre à leurs besoins sanitaires immédiats. Début juillet, le groupe a déployé la toute première série de projet au titre de ce dispositif, visant notamment à renforcer les interventions de santé publique, la surveillance des maladies et les systèmes de santé. En vue d’amortir le coup économique, l’agence multilatérale de garantie des investissements (Multilateral Investment Guarantee Agency) et le Fonds Monétaire International (FMI) se sont empressés d’accroître les accès aux capitaux et de fournir des financements (nécessaires) pour aider les sociétés, notamment les plus touchées par cette crise, à payer leurs salariés et à continuer de mener leurs activités.

 Riposte à la pandémie de coronavirus

La Banque mondiale prévoit ainsi de débourser environ 320 milliards de dollars en vue de soutenir les ripostes des États face à la pandémie de coronavirus via le soutien à des solutions viables du secteur privé, favorisant le relèvement et la restructuration, le déclenchement d’options de tirage en cas de catastrophes, et la restructuration d’opérations déjà existantes. Selon le dernier rapport de la Banque mondiale, la pandémie de Covid-19 pourrait toutefois plonger cette année un peu plus de 500 000 personnes dans l’extrême pauvreté. Il est important de rappeler que les continents touchés par des problèmes de guerre, de violence et de fragilité sont vulnérables aux effets sociaux, sanitaires et économiques de l’épidémie. Le soutien du convertisseur dollar cfa met ainsi l’accent sur les investissements dans le soutien aux groupes les plus marginalisés et les plus vulnérables, le maintien et la prévention des activités dans les situations de crise, et enfin, la protection du capital humain. Le Conseil des Administrateurs du groupe a plaidé pour la mise en place de nouveaux programmes de protection sociale pour les plus vulnérables et les plus pauvres pour garantir que ces derniers puissent avoir les moyens de se procurer les produits alimentaires de base et de se nourrir. Cependant, quand cette crise se sera estompée, tous les pays du monde, pauvres comme riches, auront besoin d’aide afin de stimuler la croissance à moyen et long terme et d’atténuer ses effets sociaux, économiques et sanitaires.