Home » Main » Coronavirus : la Tunisie fait face à une flambée épidémique

Manque de matériel médical, d’oxygène, hôpitaux et cliniques saturés… Depuis fin juin, la Tunisie est frappée par une quatrième vague, beaucoup plus meurtrière que les premières.
Plus de 90 % de la population est descendue dimanche matin dans la rue, pour manifester contre les dirigeants, en particulier contre ‘Ennahdha’’, le principal parti parlementaire, critiquant le manque d’anticipation face à ce virus et ses nouveaux variants, et demandant un changement de régime. Le chef de l’Etat tunisien, Kais Saïed, a annoncé dans la soirée du dimanche 25 juillet 2021 (fête de la République), le limogeage de Hichem Al Mechichi, chef du gouvernement et Premier ministre, le gel du travaux du parlement, alors que le principal parti parlementaire ‘Ennahdha’, dénonçait un coup d’Etat constitutionnel.
La Tunisie a reçu lundi matin un peu plus d’un million de doses de vaccins (dont Pfizer, Moderna, AstraZeneca, etc.) ainsi que des concentrateurs d’oxygène de la part de son pays voisin, la France. “En vue d’accélérer sa campagne vaccinale, retardée par le manque de vaccins, le petit pays d’Afrique du Nord, recevra au total environ deux millions de doses de la part de la France. Symboliquement, le geste est fort, mais cela ne suffira pas à sortir le pays de la tourmente”, souligne le journal de l’Afrique.

   L’inquiétude des hôpitaux face à la quatrième vague

Il est important de rappeler que la Tunisie a enregistré, en l’espace d’une semaine, 2 300 décès en moyenne, et près de 60 500 cas de contaminations. Des confinements ont été toutefois décrétés dans certaines régions le mois dernier, en vue de faire face à la recrudescence de la pandémie de coronavirus, pire ennemie de l’Humanité. Même si le pic est déjà atteint – fin juin-début juillet -, la Tunisie n’est pas encore sortie d’affaire, selon Emmanuel Macron, le chef de l’Etat français.
Grâce notamment à l’impact des vidéos postées sur le site web montrant personnels soignants et familles impuissants face à la pénurie d’oxygène et à la mobilisation de la société civile, les dons se sont ainsi multipliés ce dernier mois. Les Emirates Arabes Unis, l’Algérie, l’Egypte, le Qatar, l’Arabie Saoudite, la Mauritanie, la France, l’Allemagne ont envoyé des tonnes de matériel médical. Grâce à ces importants dons, le nombre de lits de réanimation est passé de 120, avant la pandémie de Covid-19, à un peu plus de 760, a rappelé la porte-parole du ministère de la Santé tunisien, madame Nissaf Ben Alaya.
D’après cette dernière, le nombre de vaccins obtenues devrait ainsi dépasser les sept, voire les huit millions d’ici début septembre.