Home » Main » Congo-Brazzaville : le gouvernement doit passer de la parole aux actes

Après près de 5 ans de la crise économique et financière qu’ont subi les deux Congo, le Congo-Brazzaville tente de renouer avec la croissance. En effet, les autorités congolaises ont négocié la restauration de leur dette bilatérale avec la Chine, induisant ainsi la reprise des bonnes grâces du Fonds monétaire international. Il ne reste plus au Congo-Brazzaville que de prendre les différentes mesures nécessaires afin de pouvoir repartir sur de bonnes bases.

La relance de l’économie congolaise

Il y a seulement quelques mois, le 11 juillet dernier, le Congo-Brazzaville qui était en pleine crise économique à cause de la dette publique qui est de plus de 10 milliards de dollars, est revenu sur les bonnes grâces du FMI. En effet, tandis que le Fonds monétaire international n’envisageait pas de soutenir le pays tant que les autorités n’avaient pas conclu d’accord avec le gouvernement chinois concernant le rééchelonnement de sa dette, il a assuré qu’il apportera au Congo toutes les aides dont il a besoin.
Il est essentiel de mentionner que le gouvernement a contracté un crédit de 3.15 milliards de dollars auprès de China Exim Bank, c’est qui est l’équivalent de 35 % de sa dette totale au gouvernement chinois.

Suite à plus de deux ans de négociations entre l’institution financière et le gouvernement congolais, le FMI a décidé de reprendre son programme de soutien et d’appui financier au pays, et ce dans le cadre de FEC ou la facilité élargie de crédit.
En effet, l’un des responsables travaillant au sein de l’institution financière internationale, le Fond monétaire international apportera l’aide qu’il faut au pays dirigé par Denis Sassou Nguesso en injectant près de 448.6 millions de dollars durant les trois prochaines années.

En contrepartie, les autorités congolaises s’engagent à mettre en place, plus de 48 mesures afin d’assurer la diversification des recettes et l’assainissement des finances. L’objectif principal est de ramener la dette publique totale à près de 70 % du PIB durant les trois prochaines années, alors qu’elle est de 88 % en 2018.

Reprise du soutien

À l’instar du FMI, plusieurs bailleurs ont décidé de réitérer leur appui financier au pays. Brazzaville devrait alors profiter de 1.3 milliards de dollars de soutien provenant du Fonds, mais également de la Banque africaine de développement, de la Banque mondiale ainsi que de l’Agence française de développement.
En effet, la Banque Africaine de Développement s’est engagée à contribuer à la construction du pont rail-route Kinshasa-Brazzaville en apportant le montant de 210 millions de dollars et au financement de la création des zones agro-industrielles en injectant plus de 83 millions de dollars.
Visitez le site web du journal africain, afin de découvrir toutes les actualités congolaises.