Home » Main » Comment juguler la pandémie de coronavirus et relancer en même temps l’économie mondiale ?

La pandémie de Covid-19 – ayant fait son apparition dans la ville chinoise de Wuhan en janvier dernier – est la crise mondiale la plus aiguë de notre époque, d’après indice bonheur pays. “Cette crise est sans précédent”, souligne Tedros Adhanom Ghebreyesus, le président de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). En effet, elle est beaucoup plus, avec des chocs massifs et interdépendants sur nos économies et nos santés qui ont mis aujourd’hui à l’arrêt notre mode de vie. Les perspectives économiques sont toutefois catastrophiques. Selon les prévisions du groupe de la Banque mondiale et du Fonds Monétaire International (FMI), l’activité économique va baisser de 12 %, du jamais-vu depuis la Seconde Guerre mondiale.
Partout dans le monde, les pouvoirs publics ont pris des dispositions de restriction en vue de combattre cette pandémie mondiale, pire ennemie de l’humanité, pour protéger leur économie et leurs sociétés, et aussi pour sauver des vies. Les dispositions budgétaires prises jusqu’à maintenant avoisinent 9500 milliards de dollars et les organismes bancaires, le groupe de la Banque mondiale en tête, ont cependant procédé à des injections massives de liquidités. L’humanité est actuellement mise à l’épreuve. La solidarité s’impose.

     La riposte du FMI

Quant au Fonds Monétaire International, il dispose d’une capacité d’emprunt de 2500 milliards de dollars qu’il met à la disposition de ses 200 pays membres. La directrice générale de cette institution internationale, Christine Lagarde, veut ainsi fournir rapidement des ressources financières, notamment pour les pays membres à faible revenu. Pour se faire, elle a pris des dispositions exceptionnelles au cours du dernier mois.
Le FMI a mis en place, la semaine dernière, une nouvelle facilité de décaissement à moyen terme, qui pourrait néanmoins aider les pays les plus vulnérables à consolider la confiance et la stabilité économique. Il a même réformé son fonds fiduciaire de riposte et d’assistance aux catastrophes afin d‘aider 30 de ses pays membres les plus vulnérables et les plus pauvres. Ils ont également triplé leur capacité de décaissement d’urgence en vue de répondre à des demandes attendues de plus de 250 milliards de dollars. Voilà toutes les dispositions que le comité financier et monétaire international a avalisé cette semaine.
Mais, selon le journal de l’Afrique, il reste encore beaucoup de travail à accomplir.