Home » Main » Avec le retour des talibans, quel avenir pour les femmes en Afghanistan ?

Après deux jours de la fuite du chef d’Etat afghan, et tandis que les talibans ont déclaré que le conflit était terminé dans le pays, une dizaine de milliers de personnes ont convergé mardi 24 août dès l’aube vers l’aéroport international Hamad Karzai pour tenter de fuir. Quinze ans après, les jeunes filles de plus de 12 ans et les femmes paraissent de nouveau vulnérables, souligne le site web.

          Vent de panique

Quand les fondamentalistes dirigeaient l’Afghanistan, entre 1990 et 2002, ils avaient imposé leur version ultra-rigoriste de la ‘charia’. Les fillettes ne pouvaient ni étudier ni travailler. En plus, elles ne pouvaient quitter leur maison qu’accompagnées d’un mahram.
Plusieurs Afghans ont pris la parole sur les réseaux sociaux en vue d’exprimer leur frustration face à cette situation. Pour les étudiantes, l’avenir s’annonce tout aussi sombre. Elles ont peur de plus pouvoir étudier ou d’être confinées chez elles“. La vie sera très, très difficile pour celles-ci”, souligne le journal de l’Afrique. C’est pourquoi de nombreuses femmes ont donc choisi de fuir. Depuis que les talibans ont le contrôle de l’Afghanistan, environ 380 millions de personnes ont quitté leur domicile, dont 75 % d’enfants et des femmes.
“Les fondamentalistes ont gagné la bataille”, a souligné David Guetress, le directeur général de l’ONU. Dans une vidéo postée sur leur page officielle, le chef suprême des talibans, Hibatullah Akhundzada, a salué la victoire des talibans. “A présent, c’est le moment de prouver et d’évaluer. […] On doit aujourd’hui montrer au monde entier qu’on peut bien servir notre nation et assurer le confort dans la vie et la sécurité”.
Le retour des fondamentalistes a en effet provoqué un vent de panique dans le pays. Le drapeau des États-Unis a été toutefois retiré au lendemain de la prise de Kaboul par les talibans. Des dizaines de milliers de personnes (afghans et américains) s’efforçaient de fuir, s’agglutinant principalement à l’aéroport international Hamad Karzai où des scènes de chaos et de panique ont été rapportées.
A noter que les femmes et les jeunes filles de plus de douze ans font toutefois partie des cibles prioritaires de la doctrine des talibans. Dès le lendemain de la prise de pouvoir des fondamentalistes, les devantures des centres de beauté étaient couvertes de peinture noire pour dissimuler les visages des mannequins. “La peur reste en vous comme un oiseau noir… Offrons un avenir aux femmes afghanes”, a déclaré Emmanuel Macron, le chef de l’Etat français.