Home » Main » Afghanistan : la Chine souhaite des ‘relations amicales’ avec les talibans

La prise de Kaboul par les talibans, lundi 6 septembre, et le retrait précipité des troupes américaines de la capitale afghane, sont un filon pour la diplomatie chinoise.
Le président chinois, Xi Jinping, s’est montré ouvert à une coopération avec les talibans, les nouveaux maîtres de l’Afghanistan, tandis que l’Amérique tente d’achever son départ du pays. C’est la preuve que la Chine veut profiter des ressources naturelles du pays – de vastes réserves de cuir, du talc, du marbre, du mercure, d’uranium, de chromite, d’argent, de platine, d’or, de Zinc, etc.
Pour le journal de l’Afrique, même sous le règne des fondamentalistes, l’Afghanistan continuera à être le terrain de jeu de puissances extérieures. Mais un nouvel acteur s’invite cette fois-ci : les chinois. En effet, Pékin est aujourd’hui prêt à combler le vide laissé par les États-Unis. Pour certains, l’Afghanistan est actuellement le réservoir le plus important au monde. Par ailleurs, pour gouverner, les talibans ont besoin de la reconnaissance internationale.

  Le président chinois va rencontrer les talibans mercredi

Le président chinois, chinois Xi, s’est montré ouvert à l’idée d’une relation amicale avec les leaders talibans. Après la prise du pouvoir de ces derniers, Pékin a dit vouloir ‘espérer une coopération cordiale entre les deux pays et ‘respecter les choix du peuple afghan’. “Mais tout d’abord, on va adopter une approche défensive”, a déclaré le chef de la diplomatie chinoise en Afghanistan, Nihaw Kij. Ce dernier voudrait toutefois remettre au goût du jour le compromis trouvé, dans les années 1990, avec les talibans. A savoir : éviter tout attentat ou attaque terroriste sur ses projets en Afghanistan et interdire aux combattants talibans de commettre des actes violents en Chine. En échange de quoi, Pékin avait investi dans le pays.
Il est à noter que la Chine n’a pas été gênée par la présence américaine sur le sol afghan pour faire des affaires. Mais faute de sécurité, les investissements de la Chine restent modestes. “L’investissement pour assurer la sécurité des sites et construire toutes les infrastructures manquantes est très important”, note le site web.
Le président chinois va rencontrer cette semaine les talibans. En effet, les talibans assurent déjà la sécurité de l’ambassade chinoise. Demain, ils vont discuter des détails pour le moyen et long terme”. La reconnaissance ou non par la Chine du nouveau pouvoir afghan ‘va ainsi dépendre de ses agissements’.
A noter que la dernière rencontre officielle dans le pays remonte à début janvier 2020.